top of page

Label Interview #01 : Impact Music

Dernière mise à jour : 9 févr. 2023



DJ aguerri et reconnu, mais également fondateur du label Impact Music, Jean AKA McFly DJ a accepté en novembre dernier de répondre à nos questions sur ce qu'implique d'être label boss dans un milieu tel que celui de la Drum and Bass en France.

Entre détails techniques et anecdotes marquantes, McFly nous partage les tenants et aboutissants de cette activité ainsi que les challenges auxquels sont confrontés producteurs et éditeurs.


Salut Jean ! Tu peux te présenter ainsi que ce que tu fais succinctement ?


M : Je m'appelle Jean, plus connu sous le nom de Mc Fly DJ. Cela fait 12-13 ans que je suis actif en tant que DJ et près d'une dizaine d'années que je suis membre de DNB France. Et je suis également le fondateur d'Impact Music !


Présente-nous un peu ton label, quand a t-il débuté et quelle est sa Direction Artistique ?


M : J'ai crée Impact music il y a un peu plus de 5 ans. C'est un label de Drum & Bass au sens large du terme, et qui devrait s'ouvrir de temps à autres à différents styles de Bass Music dans un futur proche. Mais dans l'ensemble on reste axés D&B avec une tendance plutôt deep / liquid, même si en réalité je ne me fixe pas vraiment de limites dans les styles.


Cønan & Mc Fly DJ - EZ! #85 © Appoline Champion


Pourquoi ce nom ?


M : C'est un peu comme quand on doit choisir un nom de scène en tant que DJ, il faut un truc qui sonne bien ! *rires*. En fait, j'ai choisi ce nom pour le label car le but était pour moi de diffuser de la musique qui fasse ressentir des choses au public, qui transmette de vraies émotions et donc qui ait un certain impact sur l'auditeur… Mais aussi car ça avait de la gueule ! *rires*


Pourquoi créer un label ? De quoi s'occupe le label dans la musique ?


M : Créer un label, ça vient juste d'une envie de partager avec son audience. À l'époque, en France, il y avait très peu de labels D&B. On avait quoi ? Vandal Records, Kosen, IM:Ltd venaient de fermer le label... et ca s'arrêtait plus ou moins là. Mon but en créant Impact c'était simplement de valoriser la scène française, en faire une entité qui puisse parler aux gens.

Étant un DJ avec une certaine renommée, ma petite influence régionale/nationale me permet de promouvoir et d'aider les artistes que j'apprécie à avancer.

La première étape en tant que label débutant, c'est de dénicher des artistes. Une fois que c'est fait et qu'on a de la matière musicale, il y a tout un travail de promotion, de développement de l'artiste, du travail en collaboration avec un graphiste, faire du merchandising (pour faire court). Et à terme, l'objectif ultime est de pouvoir organiser ses propres "Label Nights". Dans le cas d'Impact, on a déjà été invités à plusieurs évènements, mais on a pas encore eu l'occasion de faire notre propre soirée 100% Impact.


D'accord, donc beaucoup plus de boulot que ce qu'on pourrait penser aux premiers abords ! Est ce que c'est plutôt aux artistes de proposer leurs morceaux ? Ou c'est les labels qui démarchent ?


M : Un peu des deux ! La délimitation se fait en fonction de la notoriété de ton label. Quand le label est connu, les artistes viennent d'eux-mêmes et envoient leurs démos. Pour les petits labels et labels de milieu de gamme, c'est plutôt le label qui va démarcher les artistes qui l'intéressent, du moins dans un premier temps.

Pourquoi en tant qu'artiste c'est intéressant de passer par un label ?


M : C'est intéressant pour un artiste de passer par un label dans la mesure où ça permet d'avoir accès à sa base de données et son audience (promotion, notoriété) ainsi qu'à ses contacts avec de grosses chaînes de diffusion. On a par exemple DnB Arena, Skankandbass ou encore en France la team de STUDIO qui est en train de gagner énormément en popularité. On bénéficie aussi de l'aide du label manager qui te donne ses idées, il y a tout un dialogue qui se fait avec l'artiste avant la release finale. Et c'est d'autant plus le cas pour des labels de moyenne envergure comme Impact, il y a vraiment une dimension humaine à la diffusion de la musique, il y a tout un échange; on discute. Il y a beaucoup plus de proximité avec l'artiste que dans une major.


Tu aurais un conseil à donner à ceux qui voudraient release sur des labels ? Et y-a-t-il à l'inverse des erreurs à ne pas commettre pour y arriver ?


M : Ce que je conseille aux producteurs en devenir c'est d'essayer de sélectionner les labels, de pas trop s'éparpiller et de stocker un maximum de tracks "finies". Il faut prendre un peu son temps, la patience est importante. C'est primordial de se concentrer sur son travail pour le peaufiner et pour pouvoir à terme le sortir sur des labels à la hauteur de ses attentes. L'erreur est donc de se précipiter et de sortir trop de sons dans trop de labels différents sur une courte période. C'est aussi super important de "timer" et d'espacer ses releases -tous les deux mois dans l'idéal- pour rester visible sur une plus longue période, plutôt que de balancer tout sur quelques semaines. Ce sont de petits détails, mais ils sont importants.



La dernière release en date chez Impact ?


M : Elle est sortie hier, c'est un 3 tracks de Dunk, un producteur brésilien, c'est la moitié de Jam Thieves. Celle d'avant c'était C_DU, un duo anglais qui venait de commencer et qui m'a envoyé un 4 tracks qui a plutôt bien marché ! (ndlr : dernière info en date le jour de l'interview)


Et si tu devais nous donner quelques-unes de tes releases préférées chez Impact ?


M : C'est compliqué, il y en a tellement! *rires*. La première qui me vient à l'esprit c'est Visages qui m'avaient envoyé leur "Point Of View" EP, leur premier EP officiel sorti après leur formation, la release était tellement ouf ! Et en plus... c'est Visages quoi ! *rires*. Je leur avais même proposé de release ailleurs mais ils ont maintenu qu'ils voulaient que l'EP sorte chez Impact. Sinon plus récemment, je pense à Dopplershift, un artiste sud africain, très bon lui aussi, et je pense le voir cartonner dans quelques années. Pour finir sur du français, je pense qu'une de mes releases Impact préférées c'est "Focused" de Horde, juste une tuerie ce morceau !


Toi qui évolues dans cette sphère D&B depuis des années, et dont tu as pu voir l'évolution au fil du temps, est-ce qu'il y a une tendance particulière que tu apprécies actuellement ?


M : Pour être honnête, je dois avouer que j'ai de plus en plus de mal à trouver des morceaux qui me plaisent vraiment. Ça fait une douzaine d'années que j'ai commencé, et ça en fait 10 que j'ai commencé à me faire connaître et à jouer un peu partout en France. Pendant 7/8 ans j'ai eu aucun mal à trouver de bonnes choses, mais depuis un moment, je trouve qu'il n'y a plus de "classiques" qui sortent. Par classiques, je veux parler des incontournables que tout le monde connait : Timewarp , Mr Happy, The View ou encore Dead Limit (pour ne citer qu'eux). C'est un peu dommage. Je pense que c'est lié à notre manière de consommer la musique, il y a beaucoup de releases, beaucoup de concurrence, un flux d'informations trop important et naturellement plus rien ne se démarque, tout est "noyé".


La tendance que tu apprécies moins ?


M : Je pense que je ne vais pas me faire kiffer par les copains de STUDIO en disant ça *rires*; mais tout ce qui est un peu dans le délire "cutting edge", avec des rythmes très saccadés, des sons très futuristes, robotiques avec des grooves cassés. J'apprécie la prouesse technique et le côté innovateur mais ça tue le dancefloor, ce n'est pas très "dansant". Je suis personnellement plus dans la D&B "à l'anglaise", j'aime les intros puissantes avec des voix, les doubles drops, la jump up, et c'est ce que je préfère jouer en soirée. Le délire cutting edge, j'y trouve des morceaux sympas mais je trouve pas ça cool à mixer, à part peut-être le dernier LP de Grey Code chez Metalheadz qui est incroyablement bon.


Mc Fly DJ - PHYSICS #15 © Klemori


En parlant de mixer ! Nous savons qu'Impact Music a été invité par le crew Physical Tool le 9 décembre dernier, qu'est-ce que tu peux nous en dire ?


M : Yes ! On a été invités par Physical Tool, ça s'est passé à la péniche Loupika, à Lyon. Pour l'occasion, on a invité l'autrichien Screamarts, Tryst Temps, un producteur et DJ toulousain promis à un bel avenir, ainsi que Drumcatcher, une valeur sûre et un habitué du label. Le tout supporté par Mescud, Nataskank, Ross et moi-même ! C'est la deuxième fois qu'Impact est invité par la team Physical Tool. la première édition était géniale, on a eu beaucoup de monde et une ambiance fantastique. (ndlr : dernière info en date le jour de l'interview)


Imaginons qu'une légende de la D&B signe une release chez Impact, qui aimerais-tu que cela soit ?


M : Hmmm.. Si on peut rêver vraiment très fort… je dirais Alix Perez, simplement parce qu'il est dans le top 3 de mes artistes favoris. Il a toujours été là depuis que j'ai découvert la D&B, il a toujours été au top niveau et il se réinvente tout le temps. J'admire ce mec, et ce serait un rêve absolu de release un de ses sons chez Impact.


Vici & Mc Fly DJ

© Pixtracker


Des projets dans l'avenir ?


M : Plein ! J'ai pour projet de développer encore plus le label pour que les artistes aient envie de venir signer, mais j'ai aussi envie de poursuivre ma collaboration étroite avec certains artistes français avec qui j'ai crée un lien qui est important à mes yeux (notamment Vici, Horde, Drumcatcher, Reptile, Tryst Temps etc.). J'aime signer plein d'artistes internationaux que j'adore, mais je voudrais garder ce noyau dur autant que possible. On en revient à ce côté humain dont je parlais. C'est des personnes avec qui j'ai un vrai contact et que j'apprécie au-delà de leur musique.


Merci pour tes réponses Jean, merci d'avoir donné de ton temps à Bass Factory ! Est-ce que tu veux donner le mot de la fin ?


M : Bah merci à vous les gars, ça me fait super plaisir. En terme de releases on a du lourd qui arrive prochainement, hésitez pas à suivre et à partager et comme d'hab, merci à ceux qui supportent le label, merci à ceux qui achètent la musique et font vivre le projet ! One Love !


Merci de nous avoir lus, n'hésitez pas à suivre McFly Dj et Impact Music à l'aide des liens ci dessous pour continuer de faire vivre le projet:

Mc Fly DJ : SoundCloud - Facebook

Impact Music : SoundCloud - Facebook


Nous espérons que la lecture de cet article vous a plu. Il marque le début d'une série d'interviews destinées aux gérants de labels. Nous espérons qu'ils seront une mine d'informations pour vous afin d'apprendre à les connaître, mais aussi pour comprendre leur fonctionnement et d'ainsi avoir des conseils si vous êtes producteurs, ou si vous-mêmes vous souhaitez vous lancer dans cette aventure de création d'un label.

Posts récents

Voir tout

1 Comment


Mayeut Tazbou
Mayeut Tazbou
Feb 06, 2023

Trop cool ce format d'interview

Like
bottom of page